vous etes ici Accueil du site > Bibliographie - Algérie, Oran, cuisine pied-noir > Ce que le jour doit à la nuit
publie 12 octobre 2011

Ce que le jour doit à la nuit

Par Yasmina Khadra

Les tribulations de Younes, un jeune algérien musulman recueilli dans une famille de colons de la région d’Oran, sur une période comprise entre 1930 et l’indépendance de l’Algérie

Un point de vue intéressant, sur cette période, qui prend en considération les deux camps.

Algérie, années 1930. Les champs de blés frissonnent. Dans trois jours, les moissons, le salut. Mais une triste nuit vient consumer l’espoir. Le feu. Les cendres. Pour la première fois, le jeune Younes voit pleurer son père.

Et de pleurs, la vie de Younes ne manquera pas. Confié à un oncle pharmacien, dans un village de l’Oranais, le jeune garçon s’intègre à la communauté pied-noir. Noue des amitiés indissolubles, françaises, juives : « les doigts de la fourche », comme on les appelle. Et le bonheur s’appelle Emilie, une « princesse » que les jeunes gens se disputent. Alors que l’Algérie coloniale vit ses derniers feux, dans un déchaînement de violences, de déchirures et de trahisons, les amitiés se disloquent, s’entrechoquent. Femme ou pays, l’homme ne peut jamais oublier un amour d’enfance…

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Yasmina Khadra est un homme, et pas une femme. Ce livre mérite bien le label spécial de "Mémé-Anna"

http://chorten.net/?S*f


Voir aussi ce que le jour doit à la nuit, le film

Répondre à cet article

1 Message